16 alternatives au plastique dans la maison

29 Sep 2020 | 0 commentaires

Le plastique est partout et se multiplie de plus en plus vite, jour après jour. Les emballages et les produits à usage unique saturent les océans et les sols. Chaque pièce de la maison en contient, du sol en PVC au faux plafond, en passant par le mobilier et l’électroménager. Tout ça parce que ce produit issu du pétrole a l’avantage de se travailler facilement et à peu de frais. Cet avantage s’est transformé en méga catastrophe écologique, sanitaire et sociale. Vite, quelles sont les alternatives au plastique ? 14 alternatives zéro déchet pour remplacer ce matériau qui détruit l’environnement et  la santé.

C’est quoi le problème avec le plastique ?

PET, silicone, polycarbonate, nylon, polyuréthane, PVC, SAN, vinyle, mélamine, Eva, polyamide, polyester, polypropylène, etc. C’est du pareil au même… Du polymère, du plastique, on vous dit ! Pourquoi est-ce un problème ? Parce que :

  • sa production mondiale est exponentielle : de 2 millions de tonnes par an en 1950 à 359 millions en 2018 (11 tonnes par seconde) ;
  • c’est la plus importante pollution des océans (13 millions de tonnes par an) ;
  • les trois-quart des matières plastifiées sont enfouies pêle-mêle sous forme de décharge dans la nature. Le sol agricole en est chargé et des particules se disséminent dans toute la chaîne alimentaire ;
  • Une partie des déchets est incinérée, laissant des composés volatiles dans l’atmosphère et des résidus solides dont on ne sait que faire ;
  • concernant le recyclage, 14 % du plastique est collecté. Sur cette partie, 8 % est recyclé… Une seule fois, car la matière obtenue est impropre à un deuxième recyclage ;
  • il faut 2 kg de pétrole brut pour faire un kilo de PET ;
  • le plastique met 500 à 1 000 ans à se dégrader, passant par un stade de nano-particules. Quelles conséquences sur la santé ? Pas évaluées pour l’instant. On sait juste que les femmes sont plus exposées ;
  • en France, la production d’emballages ) représente 45 % de la production totale de plastique. Ensuite, viennent la construction (20 %), puis l’automobile (8 %), puis l’électronique (6 %) ;
  • la production de plastique hors emballage représente une forte quantité d’objets de mauvaise qualité et de court terme (déco, jouets, gadgets, électroménager), voire à usage unique ;
  • et ne croyez pas vous rattraper sur le plastique biosourcé, moins de 40 % de ces matériaux sont biodégradables.

Comment limiter sa consommation d’objets plastifiés ?

Pour éviter l’invasion de plastique, le premier geste est bien entendu de ne pas en acheter. Ce n’est pas si simple, car il est tellement présent qu’on n’y fait plus attention. Que faire d’autre ? Boycotter les emballages, les plus visibles. À peine produits, ils deviennent déchets. C’est absurde. Le plus aberrant : le sac poubelle ! Le plus représentatif de notre époque (aseptisée et individualiste) : l’emballage individuel. Usez vos objets en plastique jusqu’à leur fin (Car il ne s’agit pas de les jeter pour les remplacer, hein ? ) et puis tournez-vous vers les matières nobles, comme le bois, l’inox, la céramique, le verre, etc. Au fait, le verre met 4 000 ans à se dégrader (Votre jolie gourde tendance a-t-elle besoin de durer ce temps-là ? ) : donc privilégiez l’occasion. Bon, on fait le tour de la maison ?

Les solutions anti-plastoc dans la cuisine

Lorsque vous réchauffez de la nourriture dans des récipients en plastique, des substances toxiques se répandent dans les aliments en contact et dans l’atmosphère. Si vous y conserver de l’alimentaire, songez que la migration est facilitée par les matières grasses.

  1. Gardez les bocaux en verre pour conserver ou transporter vos aliments (du magasin à la maison ou de la casserole au frigo). Un bol ou un plat en inox ou céramique passe tout aussi bien au four qu’au frigo. La gamelle du chat ou du chien sera aussi bien mieux en céramique.
  2. Bannissez le film étirable et couvrez avec… Un couvercle, une assiette, une serviette ou un torchon.
  3. Pour la touille, préférez (ou ne lâchez pas) la bonne vieille cuillère en bois ou en inox, plutôt qu’en silicone.
  4. La bouteille d’eau en PET laisse aussi migrer des particules dans vos organes, surtout si vous la réutilisez. Et si vous ne la réutilisez pas, elle vagabondera quelques centaines d’années dans l’environnement. Le mieux ? Consommer l’eau du robinet. Vous pouvez la filtrer avec un binchotan (charbon de chêne) ou plus onéreux, un osmoseur.
  5. Privilégiez le café traditionnel en cafetière. Si vous ne pouvez vous passer de capsules, choisissez-les au moins réutilisables. Chauffer votre eau dans une casserole ou une bouilloire à sifflet (tellement vintage!) . Pour bébé, avantagez les biberons en verre.

Les alternatives au polymère dans la salle de bains

  1. Brosse à dents, peigne, brosse peuvent être en bois (local et géré durablement) avec des parties en caoutchouc naturel ;
  2. Les produits d’hygiène (Savons , dentifrice, shampoing, déodorants, etc. ) peuvent être solides pour éviter l’armada de bouteilles, pots, flacons, bouchons, vaporisateurs, etc) . Faites-vous un exfoliant maison (sucre, marc de café, argile, etc. ) plutôt que vous frottez avec des micro-billes en plastique qui vont se promener pour quelques siècles sur la planète.
  3. Les protections hygiéniques et les couches existent en lavables. Autre solution, la cup (coupe menstruelle) .
  4. Le rasoir en métal deviendra vite irremplaçable avec ses lames remplaçables.

L’adieu au synthétique dans la chambre

  1. Aux vêtements synthétiques comme le polyester, préférez les matières nobles, belles et agréables comme le lin ou le chanvre.
  2. Pour les petits, des jouets en bois, liège, tissu ou caoutchouc naturel.
  3. Du mobilier, mais aussi des cintres, des pinces à linge : du bois qu’on a dit.
  4. Passons par les crayons de couleurs plutôt que les feutres ou les surligneurs. Un stylo plume en métal (idée cadeau)  avec sa pompe rechargeable et son flacon d’encre en verre au lieu du bic… Des années d’écriture en perspective.

Les courses zéro plastique

  1. Prenez votre panier sous le bras (ou un sac en tissu, un filet à provisions) .
  2. Achetez vos aliments en vrac, votre fromage et votre viande à la découpe. Au marché et chez les petits commerçants, vous pourrez apporter vos contenants sans qu’on vous regarde de travers. Et pourquoi ne pas emballer les légumes dans du papier journal, comme autrefois.
  3. Si vous passez chez le fleuriste, refusez l’emballage (injure faite aux fleurs, soit dit en passant).

Stopper la production de plastique

Et au fur et à mesure, il vous viendra tout plein d’idées et d’initiatives. En réduisant petit à petit votre consommation de plastique, vous limitez la demande et donc l’offre. C’est bien.

Cela suffit-il ? Non.

Parce que les industriels ne  prennent aucune part de responsabilité. Coca Cola et Nestlé sont les plus grands producteurs de déchets plastiques au monde mais ne se chargent d’aucune solution d’enlèvement ou de recyclage, ne répercutent aucun coût de gestion des déchets sur le prix de leurs produits. Au contraire, ils récupèrent des subventions payées par les impôts. En fait, les mobilisations sont essentiellement le fait d’actions individuelles des consommateurs. Il ne s’agit pas d’en renier l’intérêt, mais on peut remarquer que cela désengage les gouvernements. Ceux-ci tentent de gérer les déchets, sans conviction et sans grande efficacité : on a vu que l’élimination est partielle et mal coordonnée.  L’action des pouvoirs publics doit en fait se situer à la source, seule manière de stopper le désastre :  obliger les industriels à réduire drastiquement leur production, par des réglementations strictes et incontournables. En fait, n’est-ce-pas à nous, citoyens, d’exiger cela de notre gouvernement ?

Plus d’infos et plus de chiffres dans L’atlas du plastique.

En panne d’idées pour réduire le plastique dans votre intérieur ?  Voici des solutions de remplacement par des produits plus sympas, plus beaux.

Enregistrez l’idée pour plus tard

47 Utilisations du Bicarbonate de soude

47 Utilisations du Bicarbonate de soude

Le bicarbonate de soude, c’est le sommet de la pyramide du zéro déchet ! On ne parle que de lui et s’il n’en restait qu’un, ce serait celui-là. C’est un produit 100 % biodégradable et non toxique pour l’homme. Il est économique à l'usage et à l’achat. Polyvalent, il...

Fabriquer sa peinture écologique | les 6 recettes de peintures maison

Fabriquer sa peinture écologique | les 6 recettes de peintures maison

Peindre un meuble, un objet, les murs de sa chambre ou les volets de la maison sans aller au magasin de bricolage, c’est possible. S’offrir une peinture écologique sans vider son portefeuille, c’est facile. Aujourd’hui, fabriquer sa peinture de manière écolo et...

Furoshiki : l’emballage cadeau écoresponsable

Furoshiki : l’emballage cadeau écoresponsable

Véritable alternative zéro déchet à l’emballage cadeau, le Furoshiki est chic, original et écologique. Depuis quelques années, il est partout. Avec lui, fini les papiers cadeaux jetables, les cadeaux sont emballés joliment tout en respectant la planète ! Voici un...

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

Share This